Conseils Sur Les Pratiques De Conservation Des Sols

Conseils sur les pratiques de conservation des sols

Conseils sur les pratiques de conservation des sols

Depuis plus de 25 ans, Steve Groff un agriculteur américain pratique le non-travail des sols.  Il s’est également investi dans les couverts végétaux notamment pour stopper l’érosion qui ravinait ses sols dans les pentes assez prononcées de son exploitation. Ses expérimentations et ses modèles d’agriculture de conversion des sols sont aujourd’hui une référence dans le monde entier. Lumière sur les bonnes pratiques de conservation des sols !

 

Prendre soin du couvert végétal

Steve Groff a expérimenté de nombreuses espèces dans ces couverts végétaux : (ex. seigle, vesce, radis chinois). Cette pratique qui consiste à recouvrir les sols d’un couvert végétal et/ou d’un mulch permet une lutte efficace contre l’érosion, un enrichissement des sols en matière organique mais aussi une meilleure utilisation du semis direct. Il en a beaucoup fait la promotion et insiste sur le fait que la composition des couverts doit être harmonisé avec les enjeux de l’exploitations. Il ne faut pas s’interdire de revenir sur des couverts plus simples et plus carbonés comme des mélanges seigle/vesce ou seigle/vesce/trèfle lorsque la vie des sols est très active et consomme les couverts peu fibreux rapidement.

De plus, pour cet expert de la conservation des sols, l’attention portée au semis ne doit pas être moindre car il doit être de bonne qualité. Il faut être prêt avant la moisson et semer le couvert juste après la récolte du précédent.

Etre attentif à la biodiversité

Le point très intéressant de la pratique de conservation des sols est que le semis direct associé aux couverts végétaux permet d’attirer les colonies d’abeilles. Celles-ci permettent au final une meilleure pollinisation des parcelles sans avoir à faire appel à des apiculteurs locaux.

 

Retarder au maximum le roulage des couverts

Steve estime que le roulage est efficace à 100 % une fois sur 10 car trouver le bon compromis entre le stade idéal du couvert pour rouler, la bonne date de semis et les conditions climatiques les plus favorables n’est pas toujours facile surtout au printemps. Mais celui-ci permettant de diminuer les besoins en désherbage par la suite, il est donc intéressant de tenter cette pratique. La stratégie est ainsi de retarder le roulage le plus tard possible (dans les jours qui précèdent le semis) car il faut que le couvert soit le plus sensible possible au roulage mais il vaut mieux le coucher avant qu’il soit enchevêtré dans tous les sens pour faciliter le semis et préserver la régularité et l’homogénéité de la couverture.

 

Besoin de conseils ou de formations sur les pratiques de conservations des sols ? Contactez-nous, nous serons ravis de vous aider.

Laisser un commentaire

Rechercher