@cdagroecologie
Ferti Sol

La conservation des sols pour une sécurité alimentaire

L’agro-écologie, qui rétablit le fonctionnement des écosystèmes par la conservation des sols, est une stratégie efficace pour assurer la sécurité alimentaire.

Le challenge de la sécurité alimentaire

L’augmentation spectaculaire de la production agricole au cours des 70 dernières années a réduit le nombre de personnes souffrant de sous-alimentation. Cependant, ces gains de production massifs ont eu des coûts environnementaux élevés en particulier sur la santé des écosystèmes et des sols qui les portent. Actuellement, environ un tiers des sols du monde sont modérément à fortement dégradés (SWRS, FAO & ITPS, 2015). L’enjeu principal pour les politiques publiques est actuellement de permettre un approvisionnement suffisant de nourriture pour les populations tout en garantissant la conservation des sols agricoles c’est-à-dire le maintien de leurs capacités productives propres, à long terme.

Aujourd’hui, les zones rurales à l’échelle mondiale accueillent la quasi-totalité de la production alimentaire. Cependant, elles abritent également la majorité de la population en situation d’insécurité alimentaire. Des sols bien gérés par les agriculteurs doivent contribuer à assurer les quatre dimensions de la sécurité alimentaire, notamment pour ces populations : disponibilité, accès, stabilité et utilisation.

L’importance de la conservation des sols

Le lien étroit qui existe entre la santé des sols et la sécurité alimentaire appelle des mesures stratégiques et immédiates. Les techniques de conservation des sols permettent de limiter leur dégradation biologique, chimique et physique voire d’améliorer certaines de ces composantes. L’agro-écologie, qui englobe les pratiques de conservation des sols, favorise les relations multiples et complexes au sein des systèmes agricoles et alimentaires entre plantes, animaux, humains et environnement. Au-delà d’une « simple » restauration écologique, la conservation des sols implique une meilleure durabilité économique des systèmes agricoles et alimentaires et, en bout de chaine, une meilleure stabilité sociale et politique !

La conservation des sols pour entrer pleinement dans l’agro-écologie

L’approche agro-écologique s’appuie fortement sur les techniques de conservation des sols afin de rétablir et d’améliorer les multiples processus biologiques du sol. Le traitement du volet biologique aura ensuite des conséquences bénéfiques sur les dimensions chimiques et physique des sols. Cela passe par trois phases importantes.

  1. Augmenter puis piloter la teneur en matières organiques du sol
Le maintien d'une couverture végétale permanente est essentielle pour la conservation des sols.

Le maintien d’une couverture végétale permanente est essentielle pour la conservation des sols.

La matière organique du sol est considérée comme la carence la plus courante dans les sols dégradés. Elle est aussi le principal indicateur de la qualité du sol. Augmenter sa teneur dans les sols agricoles est un prérequis déterminant pour la conservation des sols. Cela passe par une augmentation des apports de carbone grâce à une couverture végétale permanente des sols permise par une rotation de cultures adaptée et par une réduction des pertes de carbone sous forme de CO2 dans l’atmosphère en limitant voire en supprimant le travail du sol qui accélère la minéralisation du carbone organique.

              1. Promouvoir la biodiversité des sols

L’amélioration du taux de matière organique des sols a pour conséquence directe une amélioration de la biodiversité du sol. En effet, la matière organique constitue un habitat et une source de nourriture pour de nombreux organismes vivants. Les chaines alimentaires à la base desquelles se trouvent ces organismes se trouvent alors enrichies au sein des agro-écosystèmes. L’habitat doit toutefois être assuré, en surface, au travers d’infrastructures écologiques (haies, bandes enherbées, zones humides) pour que ces chaines se déploient. L’ensemble de ces communautés animales et végétales en interaction entre le sol et la surface sont alors directement responsables de multiples fonctions essentielles des écosystèmes : résistance et résilience aux aléas climatiques, limitation des attaques d’organismes nuisibles, réduction de l’érosion, etc.

  1. Miser sur les connaissances des agriculteurs

Les techniques de conservation des sols doivent être adaptées aux contextes dans lesquels se trouvent les agriculteurs. Les connaissances qu’ils ont de leurs milieux sont déterminantes dans la réussite de ces techniques à travers le choix des espèces à cultiver ou des techniques de travail du sol à privilégier. Cette expertise s’appuie sur l’observation, l’expérimentation et l’apprentissage, trois domaines souvent délaissés dans un contexte de grande disponibilité de l’énergie et des intrants qui ont éloignés les agriculteurs des réalités et des contraintes de leurs milieux. Dans ce contexte, les associations participatives autour de la conservation des sols sont d’une grande importance pour faire le lien entre les chercheurs et les agriculteurs.

Les démarches participatives facilitent le déploiement de techniques innovantes.

Les démarches participatives facilitent le déploiement de techniques innovantes.

Stabiliser de nouveaux systèmes agro-alimentaires agro-écologiques

L’agro-écologie applique des stratégies de production fortement basées sur la diversité aussi bien temporelle que spatiale. Elle garantit ainsi des productions et des revenus relocalisés, stables et diversifiés. La conception de systèmes agro-écologiques diversifiés basés sur les techniques de conservation des sols améliorera considérablement la qualité des écosystèmes et les services qu’ils rendent au premier rang desquels la production d’une nourriture saine et nutritive. L’agro-écologie est une stratégie efficace vis-à-vis de la sécurité alimentaire des individus car, au-delà de la dimension uniquement productive, elle tient compte des caractéristiques socio-économiques et politiques de la zone où elle s’applique et garantit ainsi une cohérence globale des systèmes agro-alimentaires.

La conservation des sols permet de valoriser des pratiques agricoles innovantes en pratiques courantes pleinement intégrées dans l’agro-écologie au bénéfice de tous : agriculteurs, agro-industries et société civile. Besoin de conseils ou de formations sur les pratiques de conservations des sols ? Contactez-nous, nous serons ravis de vous aider.

Laisser un commentaire

Rechercher