fbpx
skip to Main Content
  @cdagroecologie
Bien Choisir Son Couvert Végétal Pour Une Transition Agroécologique Efficace

Bien choisir son couvert végétal pour une transition agroécologique efficace

Couvert végétal : un indispensable en agroécologie

Les types de cultures de couverts végétaux :

Il existe trois catégories principales, à choisir en fonction leurs propriétés et leurs utilités : les graminées, les légumineuses et les non-légumineuses. Dans la plupart des cas, les couverts combinent plusieurs fonctions à la fois, comme la prévention de l’érosion, l’amélioration de la qualité du sol, le pâturage, entre autres.

Les graminées sont des céréales annuelles comme le sarrasin, le seigle, le blé, le maïs, l’orge, l’avoine, etc. Elles poussent relativement vite et laissent des résidus faciles à gérer. Leurs systèmes racinaires filiformes fibreux sont solides et protègent de l’érosion. En ce qui concerne les nutriments, ils accumulent l’azote du sol à partir de la symbiose avec Azospirillum, mais ne possèdent pas la propriété de fixer l’azote atmosphérique.

Les légumineuses sont réputées pour leur enrichissement en azote, en tant que plantes de couverture fixatrices d’azote. Leur système de racine pivotante vigoureux aide à éviter le compactage indésirable de la surface inférieure lorsque les plantes deviennent grandes. De plus, plus la plante est grande, plus elle peut fixer d’azote. Des exemples de légumineuses sont le trèfle cramoisi et blanc, le niébé, la luzerne, la vesce velue, les fèves.
Les non-légumineuses à feuilles larges absorbent l’azote du sol, maintiennent le sol en place et produisent de l’engrais vert. Ils ne nécessitent pas de résiliation supplémentaire, généralement mourant par temps hivernal rigoureux. Cependant, les non-légumineuses utilisées comme cultures de couverture d’automne doivent être traitées avant le dépôt des semences pour des raisons de lutte contre les mauvaises herbes. Ce type comprend les brassicas, les radis fourragers, les navets, le souci, les moutardes et autres.

 

Les couverts végétaux par saison :

Le temps de planter introduit une autre classification. Les agriculteurs distinguent les types de cultures de couverture d’automne, d’hiver, de printemps et d’été. Tous ont certaines spécificités de gestion, avantages et inconvénients.

Cultures de couverture d’hiver
Ce sont principalement des céréales plantées après les récoltes d’automne des cultures commerciales. Leur but est de servir de «bouclier» naturel au sol et non d’apporter des rendements. Les conditions de base pour leur croissance sont suffisamment de chaleur à l’automne et une humidité suffisante au printemps. Ils préviennent l’érosion des sols, combattent les mauvaises herbes, conservent l’humidité, réduisent les fuites de nutriments mais les consomment également. En outre, leurs graines nécessitent des coûts supplémentaires, peuvent être difficiles à terminer, provoquer des effets allélopathiques et interférer avec le développement de la culture primaire. La couverture végétale protège des maladies et des agents pathogènes, mais peut également produire des résultats tout à fait opposés.

Lors de la plantation d’espèces agricoles de couverture pour l’hiver, les agriculteurs doivent tenir compte de leur résistance aux gelées. Les plantes résistantes à l’hiver survivent aux rigueurs du froid, tandis que celles qui sont tuées par l’hiver sont sensibles aux baisses de température considérables et meurent pendant l’hiver.

Cultures de couverture d’été
Comme son nom l’indique, ce type pousse en été entre les rotations des espèces primaires. Cette pratique est appliquée pour vaincre les mauvaises herbes, l’érosion et ajuster la terre pour la prochaine récolte. Les cultures de couverture d’été ou de printemps servent également de fourrage pour le bétail.

Ils empêchent le sol de sécher rapidement avec leurs racines par rapport aux sols nus sous les rayons du soleil. Néanmoins, les graines peuvent mal s’établir en été en raison de la sécheresse et de la chaleur, induire une carence en azote (sauf s’il s’agit de légumineuses), nécessiter une gestion supplémentaire des résidus, ou plus de temps pour se décomposer que prévu, retardant ainsi la plantation des espèces primaires d’automne.

Il semble que le bon moment et les cultures agricoles correctement choisies sont les principales clés du succès, car les avantages peuvent facilement se transformer en inconvénients lorsque les choses tournent mal. C’est là que la surveillance des cultures peut aider les agriculteurs à relever le défi, en utilisant des données historiques pour élaborer des cartes de productivité. Via une analyse comparative, vous pouvez choisir le moment optimal et les espèces agricoles.

 

La culture du couverts pour le pâturage :

Les propriétaires agricoles peuvent tirer des avantages supplémentaires avec des cultures de couverture pour le pâturage du bétail. Ces espèces possèdent des avantages généraux et sont également utilisées comme nourriture pour les animaux. En outre, les cultures de couverture de pâturage permettent aux agriculteurs de créer un environnement extérieur naturel pour la reproduction, ce qui est important dans l’agriculture biologique. Le pâturage fournit également du fumier animal sur les pâturages, permet d’économiser sur le fourrage du bétail et facilite l’enlèvement avant la plantation de culture primaire. Cette pratique est particulièrement gratifiante à la fin de l’automne, en hiver et au début du printemps en raison d’un manque de couverture végétale fraîche et juteuse.

Les cultures de couverture typiques pour le pâturage sont les céréales et les légumineuses comme le ray-grass, le blé, le sorgho, le millet, l’avoine, le triticale, l’orge, la vesce velue, le trèfle rouge et blanc, le pennisetum, le lablab, le pois d’hiver autrichien, le niébé, la luzerne, la fava, entre autres.

 

 

Avantages des cultures de couverture végétale

Les agriculteurs plantent des cultures de couverture pour améliorer le sol pour certaines raisons.

Santé et fertilité des sols

Les racines des cultures de couverture aident à prévenir l’érosion due à l’eau et au vent. Certaines espèces peuvent adapter les nutriments à des formes plus ingérables pour d’autres cultures. En plantant des cultures de couverture entre les rangs, les agriculteurs obtiennent du paillis dans le cadre de la gestion intégrée des mauvaises herbes. De plus, les espèces en fleurs entre les rangs attirent les pollinisateurs. Les cultures de couverture peu profondes et profondément enracinées pénètrent dans le sol à d’autres niveaux, s’attaquant au compactage et améliorant l’aération.

Enrichissement en azote

Sa concentration augmente avec les légumineuses et diminue avec les non-légumineuses. Les légumineuses sont connues sous le nom de cultures de couverture produisant de l’azote. Néanmoins, ils ne captent pas et ne convertissent pas seuls l’azote moléculaire gazeux de l’air.

Les cultures de couverture qui fixent l’azote sont en symbiose avec les médiateurs de processus sur leurs racines – les bactéries rhizobia vivant dans le sol (anciennement classées comme agrobactérie). À leur tour, les bactéries tirent les glucides des légumineuses. Le nutriment est principalement libéré lorsque les cultures de couverture fixant l’azote ou les bactéries meurent et se décomposent. Rhizobium diminue également les maladies des racines chez les plantes, mais le représentant du groupe Rhizobium radiobacter induit des infections chez l’homme.

Une autre alternative biologique pour convertir l’azote atmosphérique en sol est réalisée par la famille des cyanobactéries non symbiotiques. Sinon, l’azote est réduit à des formes ingérables par les plantes dans le processus de synthèse chimique.

Contrôle de l’humidité

Les cultures de couverture peuvent absorber un excès d’eau après les pluies hivernales, améliorer l’infiltration de l’eau (ainsi que l’aération du sol) avec leurs racines et retenir l’humidité pour les plantes de rapport ultérieures.

La surveillance des cultures permet aux agriculteurs de vérifier l’humidité du sol à deux niveaux : sur la surface supérieure (5 cm) et la zone racinaire.

 

Sélection et gestion des cultures de couverture 

Le choix de la culture à planter dépend de son type et de sa séquence. Par exemple, les légumineuses sont bénéfiques pour les espèces rentables ultérieures pour l’approvisionnement en azote. De même, les agriculteurs ne devraient pas les semer lorsque les niveaux d’azote saturent.

Une étude a calculé que l’absorption d’azote dans l’ensilage de maïs a augmenté après les pois d’hiver autrichiens et a diminué après le seigle jusqu’à 40 kg / ha dans les deux cas, par rapport à la jachère.

Un autre aspect à considérer est le temps nécessaire pour une décomposition adéquate de la plante de couverture. Par exemple, les résidus de sarrasin se composent plus rapidement que l’orge ou le sorgho.

 

Les experts agronomes du CDA vous accompagne dans la mise en place de couverts végétaux adaptés et performants. Contactez-nous !

 

 

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Back To Top
×Close search
Rechercher