fbpx
skip to Main Content
  @cdagroecologie
Les Avantages De L’agriculture De Conservation Des Sols

Les avantages de l’agriculture de conservation des sols

La conservation des sols est une préoccupation majeure pour les agriculteurs car il est autant vital d’utiliser les terres de manière productive pour récolter des rendements élevés, que de pouvoir le faire sur le long terme. Bien que visibles à court terme, les effets de l’agriculture de conservation des sols – ou ACS – se révèlent surtout dans une perspective à long terme où ils seront bénéfiques pour l’avenir de l’exploitation et pour les générations futures.

Souvent positionner comme « troisième voie agricole », l’agriculture de conservation, se positionne comme une alternative à l’agriculture biologique et à l’agriculture conventionnelle, en plaçant le sol au coeur du système de production.

Les différentes méthodes de l’agriculture de conservation des sols visent à atténuer l’érosion, à maintenir la fertilité, à éviter la dégradation et à minimiser l’utilisation d’intrants chimiques et de synthèse pour la lutte contre les ravageurs. Ainsi, les stratégies de conservation des sols contribuent grandement à entretenir un sol vivant, à la durabilité de l’environnement et des ressources.

Qu’est-ce que l’agriculture de conservation des sols (ACS) et sur quoi se concentre-t-elle ?

    1. Les avantages de l’ACS⁠
    2. Différentes pratiques de conservation des sols

 

Qu’est-ce que l’agriculture de conservation des sols (ACS) et sur quoi se concentre-t-elle ?

L’agriculture de conservation des sols est un ensemble de techniques et de pratiques agricoles visant à éviter en particulier la dégradation, l’érosion et l’épuisement du sol. En prenant des mesures appropriées et opportunes, les agriculteurs améliorent la performance de leurs champs pour les années à venir. Pour ce faire, les techniques d’ACS s’appuient sur 3 piliers essentiels et complémentaires :

Le premier objectif de l’agriculture de conservation est de maintenir une biodiversité fonctionnelle qui améliore la fertilité. Assurer des conditions adéquates pour les êtres vivants du sol est d’une importance vitale pour la végétation qui y pousse, car les micro-organismes produisent la matière organique nécessaire aux besoins des plantations. Différents types de méthodes de conservation des sols empêchent le ruissellement de la terre, la pollution, la sédimentation et protègent les surfaces nues de la fissuration et de l’érosion dues aux fortes pluies, au vent et à une chaleur excessive.

Les stratégies de conservation des sols reposent ainsi sur trois étapes fondamentales :

      1. Acquérir une bonne connaissance de l’utilisation des ressources.
      2. Surveillance des champs et détection des zones critiques.
      3. Contrôle et estimation de l’efficacité des techniques appliquées de conservation des sols.

 

Exploitation en agriculture de conservation des sols - Rhône

Les avantages de l’ACS

Les agriculteurs bénéficient de nombreux avantages à pratiquer la conservation des sols. Cette pratique agricole contribue à la durabilité des exploitations de plusieurs manières :

      • Elle améliore la qualité de la terre et sa productivité : le maintien de l’environnement naturel pour les organismes augmente la fertilité et réduit la nécessité d’une fertilisation chimique, augmentant ainsi les rendements et réduisant les coûts en même temps.
      • Elle permet de réduire l’érosion: les méthodes de conservation des sols pour réduire l’érosion et l’épuisement aident les agriculteurs à éviter l’expansion de nouvelles terres lorsque les territoires deviennent stériles.
      • Elle améliore l’infiltration d’eau et augmente son stockage. Les techniques de labour conventionnelles affectent l’humidité du sol en réduisant sa capacité d’infiltration. Par opposition, les techniques d’agriculture de conservation consistent en un travail minimum du sol couplé à une couverture permanente par des couverts végétaux. L’alliance de ces deux éléments favorise la porosité et l’infiltration (pour en savoir plus).
      • Elle permet de purifier l’air et l’eau : l’importance de la conservation des sols est liée à l’approvisionnement en eau. La conservation des sols atténue la concentration de polluants et de sédiments. À son tour, l’eau est la condition de base pour dissoudre les nutriments des plantes. La séquestration du carbone dans le sol et la réduction des applications chimiques contribuent également à la pureté de l’air.

Différentes pratiques de conservation des sols :

Le travail du sol 

La technique de conservation des sols vise à lutter contre l’érosion éolienne et hydrique en recouvrant la terre de végétation (que ce soit des cultures ou de leurs résidus) et en limitant le nombre d’opérations de labourage.Le non-labour aide également à la conservation du sol car cette technique implique un minimum de perturbation, et la plantation de graines dans les résidus de culture. L’idée de base est de ne pas laisser le sol nu, car les zones dénudées sont très sujettes à l’érosion. À l’inverse le système racinaire des différentes plantation le maintient en place. De plus, la végétation accumule de l’humidité et la conserve pour les cultures futures.

Le labour dans un paysage courbé

La méthode de conservation des sols s’avère efficace dans les territoires de pente et suggère de planter des espèces le long du contour du champ. Les rangées qui montent et descendent la pente, provoquent une érosion du sol due aux courants d’eau, tandis que les rangées le long du contour la retiennent.

Le recadrage en bande

Dans ce cas, les agriculteurs combinent des cultures à forte croissance avec des cultures à faible croissance dans un souci de protection contre le vent (comme lorsque le maïs pousse en bandes avec des cultures fourragères). La pratique fonctionne encore mieux lorsque les cultures à forte croissance sont intensifiées sur les côtés où les vents soufflent le plus fréquemment. Un avantage supplémentaire est la matière organique des cultures basses.

Les brise-vents

Comme son nom l’indique, cette pratique d’agriculture de conservation des sols est utilisée pour réduire la puissance des vents et son effet perturbateur sur le sol. Elle se constitue d’arbres ou de buissons, plantés en plusieurs rangées, pour protéger les cultures de la neige et des vents entre autres. La végétation brise-vent fournit également un milieu de vie pour la faune et élimine l’abrasion du sol sur les cultures due aux forts vents.

La rotation des cultures

La rotation des cultures (par opposition à la monoculture) suggère de changer les espèces agricoles au lieu de planter une seule et même variété pendant de nombreuses saisons. Les agriculteurs qui appliquent cette méthode de conservation des sols en retirent de nombreux avantages. La rotation des cultures les aide à améliorer la structure de la terre grâce à divers systèmes racinaires complémentaires, à atténuer l’implantation durable de ravageurs et à complémenter la terre en azote. Pour cela, on favorisera l’implantation de légumineuses connues pour être fixatrices d’azote.Le choix des cultures à alterner est spécifique à chaque exploitation et dépend fortement des données météorologiques et de productivité.

Les couverts végétaux

Comme évoqué précédemment, cette technique de conservation des sols est un autre moyen d’éviter les sols nus et de bénéficier de la plantation de cultures de couverture – espèces secondaires – entre les cultures de rente, et ce pour différentes raisons telles que :

      • la production du fourrage et du matériel de pâturage pour le bétail
      • la création d’engrais verts
      • l’aide au contrôle des adventices
      • la rétention de l’humidité
      • la mise en place d’un agro-système bénéfique aux micro-organismes et aux animaux mineurs
      • l’équilibrage de la concentration d’azote (soit en la libérant, soit en l’accumulant avec certaines plantes).

La réduction des engrais synthétiques 

L’application de produits chimiques pour contrôler les infestations d’adventices et de ravageurs est nocive pour l’environnement et indésirable pour la conservation des sols. C’est pourquoi le passage à des moyens alternatifs pour résoudre le problème est très important dans l’agriculture en général et en agriculture biologique en particulier. Ces alternatives sont des options biologiques et culturales lorsque la fertilité est rétablie avec du fumier vert et animal, du compost, de la rotation des cultures et d’autres méthodes de lutte non-chimiques.

 

Pour les exploitations agricoles comme pour les agriculteurs eux même, une transition vers des techniques d’agriculture de conservation des sols suggère une remise en question globale et un changement de paradigme.

Comment reproduire et pérenniser le fonctionnement naturel du sol afin de minimiser l’intervention et maximiser la production ? Tout en gardant à l’esprit qu’un sol en bonne santé est un sol qui produit durablement.

Agriculteur individuel ou collectif, collectivité ou entreprise de l’agro-alimentaire, le CDA vous accompagne dans votre transition grâce à des méthodes scientifiques et concrètes qui ont porté leur fruit. N’hésitez pas à contacter nos experts pour un audit complet de votre sol et la définition d’itinéraires techniques performants !

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Back To Top
×Close search
Rechercher